Bienvenue sur le Blog d'Historine

Historine, rassemble chaque vendredi soir de 20 heures à minuit et un week-end par mois (les Rencontres Belliludistes Bordelaises) de 10 heures à minuit à Floirac (banlieue de Bordeaux) des passionnés de jeux d'Histoire, de stratégie et autres jeux de rôles où toute période est discutée et recréée : Antique, Médiéval, Renaissance, Guerre de Sécession, napoléonien, Seconde Guerre Mondiale... le choix est vaste !

Nous organisons également différents tournois nationaux (Flames of War, Fields of Glory, Twilight Struggle, DBA), suivez ce blog pour vous tenir au courant!

Pour nous joindre, vous pouvez utiliser cette adresse mail : bordeaux.historine(@)free.fr ou nous rejoindre sur notre forum

Bon jeu.

Retrouvez nous tous les vendredis soirs!

vendredi 26 juin 2009

La Division blindée Ariete (1)

Historine va vous parler aujourd'ui de l'Ariete .. Division blindée Italienne qui a combattu en Afrique du Nord de 1940 à 1942/43.

Bonne lecture.

La Division blindée Ariete
Durant la dernière bataille d’El Alamein l’Ariete a consciencieusement immolé la quasi-totalité des 120 chars obsolètes dans une tentative désespérée de contrer l’offensive anglaise afin de couvir le repli des troupes italiennes et allemandes, gagnant à nouveau le respect des deux belligérants. Le 4 novembre 1942 vers 15h30, les derniers chars, cernés parles forces anglaises envoient le dernier message de l’unité :
"Les chars ennemis ont percé au sud de l’Ariete. L’Ariete, encerclée, est à 5 km du Nord -Est de Bir-el-Abd".
Ensuite, ils se battirent jusqu’à la destruction finale du dernier char.


Colonne de M14/41

Tactiquement et stratégiquement, l’armée italienne a démontrée tout au long du conflit une incapacité structurelle et intellectuelle à mener une campagne de guerre moderne mobile. La seule exception furent les quelques unités mobiles italiennes comme l’Ariete ou la Trieste qui opérèrent avec l’Afrika Corps. Ces unités souffrirent aussi d’un manque de moyens de communication et d’une mobilité insuffisante. Mais au contact des allemands, les officiers purent acquérir certaines pratiques et réflexes d’adaptations aux principes de la guerre de mouvement. Les fronts fluctuants, les situations changeantes… c’était le quotidien accentué par la présence d’un des plus brillants généraux allemands : Rommel. Le commandant de la Division Blindée Ariete à El Alamein, le Général Francesco Arena, trouvait la façon de fonctionner de Rommel un peu excentrique (pas d’ordres écrits mais plutôt donnés par radio) mais n’arretait pas de répéter au Commandement Suprême Italien les avantages (tant au plan moral qu’au plan opérationnel) d’une telle conduite prés du front.

Opérations en Afrique du Nord
Début 1941, les formations italiennes présentes en Afrique du Nord étaient les faibles division d’infanterie Savona et Sabratha ainsi que les divisions motorisées Brescia, Bologna et Pavia (bien que le terme motorisé soit largement théorique). L’Ariete (division blindée) arrivera plus tard (avec des chars M13/40) et sera placée sous le commandement de Rommel. La Trieste arrivera plus tard.

La 132ème Division Blindée Ariete
La 132ème Division Blindée Ariete existe depuis 1939. Cette formation a une forte tradition d’excellence. Elle a été formée à Milan en février 1939 et désignée sous le numéro 132.
Elle comprenait initialement le 8ème régiment Bersaglieri (infanterie motorisée), le 32ème régiment de chars (équipé de chars légers L3/35 light et quelques chars moyens M11/39), le 132ème régiment d’artillerie et des unités divisionnaires de soutien.

La division est envoyée prés de la frontière française au déclenchement des hostilités mais elle est tenue en réserve et ne sera pas engagée.

Plus tard quelques bataillons du 32ème régiment de chars (les 1er et 2nd batillons équipés de M11/39 et les III et V bataillons équipés de chars moyens M13/40) sont envoyés en Lybie pour former la division spéciale blindée aux ordres du Général Rodolfo Graziani (10ème Armée). De Décembre 1940 à Février 1941, les Anglais de la British Western Desert Force submergent la 10ème armée italienne et mettent en danger la présence italienne en Afrique du Nord.

Il est alors décidé l’envoi de la totalité de la Division Ariete et à partir du 24 janvier 1941, les premiers échelons débarquent à Tripoli. De Février à Novembre 1941, L’Ariete prend part à la campagne Nord Africaine en étant rattachée au Corps d’Armée Mobile Italien (qui deviendra le XXème corps motorisé sous les ordres de Romme et de sa DAK.


En particulier, renforcée par le 132ème régiment de chars (qui remplacera le 32ème dissout à la mi 1942), la division pris part à la premier offensive germano-italienne pour reconquérir la Cyrénaïque et prendre Tobrouk. Le régiment voit ces bataillons (initialement les VII, VIII et IX, les deux derniers remplacés ensuite par les X et XIII) ré-équipés avec M13/40 et/ou M14/41. Début 1942 les V et VI bataillons sont équipés de M40 75/18mm semovente (canons d’assaut) à partir du 132ème régiment d’artillerie.


La Division continue son exceptionnelle performance opérationnelle en Libye et en Égypte (entre novembre et décembre, l’Ariete fait plus de 5000 prisonniers anglais et néo-zélandais). Elle pris part aux 3 batailles d’El Alamein.



Le 21 novembre 1942, la division est dissoute suite aux combats désastreux de la 3ème bataille d’El Alamein. Son nom est conservé par un groupement tactique (Task Force) constitué des restes de la division. Ce groupement fit toute la campagne de Tunisie et fut ensuite contraint à la reddition avec le reste des forces allemandes de Tunisie.



Le 1er avril 1943, en récompense de la bravoure de cette division (elle a été la plus cité dans les bulletins de guerre) et en hommage à sa combativité, il est ordonné la reconstitution du 135ème division blindée de cavalerie (Ariete II) composée de régiments de cavalerie. La division était stationnée au Nord Est de l’Italie.

Elle comprenait les unités suivantes :
* Rgt de reconnaissance "Lancier de Montebello ";
* 10° régiment blindé " Vittorio Emanuele II’" composé de 3 escadrons de semovente et d’un escadron de M15/42;
* 16° régiment motorisé " Vallegeri de Lusca ";
* 135ème régiment d’artillerie;
* 35ème régiment anti-tank équipé de semovente;
* 235ème régiment d’artillerie équipé de semovente;
* 135° régiment du génie
* unités de support divisionnaire.

Elle comprenait les véhicules suivants :
* 48 M15/42
* 15 semovente L40 da 47/32
* 96 semovente M42 da 75/18
* 12 semovente M43 da 75/34
* 24 semovente M42 da 75/32
* 24 semovente M43 da 105/25
Pour un total de 247 chars et semovente et plus de 50 véhicules blindés.


Semovente 75/34 - Ariete II

La division est déplacée au centre de l’Italie après la chute du gouvernement de Mussolini. Le 25 jullet1943 elle est stationnée à Rome. Elle prend part à la défense de Rome entre le 8 et 10 septembre 1943, contre-attaquant les unités allemandes (3° pzGren Div et 2° Fallshirm Div). La Division s’est à nouveau distinguée en accomplissant des performances étonnantes en des temps troublés et incertains. Suite à la volonté du Quartier général Italien d’éviter des pertes inutiles, la Division reçut l’ordre de cesser le combat et de se rendre en dépit du fait qu’elle tenait ses positions.

Elle sera ensuite à nouveau dissoute.

9 commentaires:

  1. Il est bon de rétablir quelque peu la vérité par rapport à la combativité des italiens qui se sont souvent battus dans le dénuement le plus complet !

    RépondreSupprimer
  2. Il est effectivement bon de rétablir quelques vérités. Les unités Italiennes ont souvent été dévalorisées et malmenées dans les comptes rendus de batailles (les allemands ont d'ailleurs souvent reportés sur eux les défaites subies en Afrique). Ils se sont pourtant souvent battus avec honneur et courage. L'examen des faits le prouve.

    RépondreSupprimer
  3. afin de redonner une vérité sur le combattant italien je vous conseil l'excellent livre "Rommel la fin d'un mythe" écrit par Dominique Lormier

    Il remet à sa juste valeur le courage du combattant Italien,et l'exagération donné à Rommel tant par la propagande Allemande mais également Britanique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mon pere a combattus en etiophie ,ensuite albanie grece et et a el alamein;et enfin en italie;il nous a toujours dit qu il manquaient de materielle lourd; les chars;enfin il a eu de la chance car beaucoup de ses camarades sont mort;et qu il ne faut pas oublier que les allemands ont volé l essence des italiens pour partir plus vite gianni

      Supprimer
  4. Rommel fut en effet l'objet d'une propagande allemande assez délirante, voire d'un culte de la personnalité. Il n'en reste pas moins que le général allemand avait un coup d'oeil tactique assez exceptionnel ! Il s'est toujours battu en infériorité numérique et ses victoires relevaient un peu du miracle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les succès de Rommel étaient en grande partie dus à ses services d'écoute, car les Anglais étaient trop bavards à la radio. Et aussi à l'espionnage de l'Axe à Alexandrie, siège de l'état-major britannique. Dès le moment où "Monty" a imposé des mots-code à la radio et transféré l'état-major dans le désert, il n'y eut plus ces brillants coups de l'Africa Korps que l'on appelait des "Rommel".

      Supprimer
  5. Les Italiens sont des gens intelligents et sensibles. Ils sont aussi bons soldats que les Belges pour défendre leur patrie. Mais s'il s'agit de mourir pour la gloire d'un dictateur, il ne faut pas trop compter sur eux.

    RépondreSupprimer
  6. Ci sarebbero tante cose da scrvere per ricordare gli atti eroici dei combattenti ITALIANI durante la seconda guerra mondiale,il fatto é che l'ITALIA non era preparata con materiale moderno come les ALLEMANDS, Hitler lui avait tout orchestré, il SOLDATO ITALIANO ha sempre combattuto con ONORE e CORAGGIO , sono state le circostanze d'epoca con la complicita degli Inglesi, dei Francesi ,che hanno messo nel'oblico Mussolini d'entrare in guerra, pur sapendo la mediocrita ma non il coraggio delle forze armate Italiane. Mussolini é stato il solo che ha messo in stato di guerra le forze armate al confine con l'Austria quando Hitler la voleva tedesca,ma come alle societa delle nazioni nessuno si dichiarava, e Mussolini non aveva altra scelta che trovare un'alleaza con la Germania, che poi fu uno sbaglio.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y aurait beaucoup de choses à se rappeler des actes héroïques des combattants Italiens durant la Seconde Guerre mondiale. L’Italie n'était pas prête , sans matériel modernes comme les Allemands. Le soldat italien a toujours combattu avec HONNEUR et de courage. Les circonstances ont obligé Mussolini à entrer en guerre , sachant la médiocrité mais pas le courage des forces armées italiennes .

      Supprimer